Le personnel

L'école André-Gagnon

Un milieu où il fait bon vivre

L’école André-Gagnon est située en milieu urbain, au centre d’un quartier résidentiel à proximité des centres commerciaux. Plusieurs ententes de partenariat avec Ville Saguenay nous donnent l’autorisation d’utiliser les installations du parc attenant à la cour de récréation, de même que le local des loisirs et la patinoire, l’hiver. Nous avons également un projet de collaboration avec le Parc urbain Rivière-du-Moulin qui offre en location des raquettes à neige appartenant à l’école. Cette entente nous permet de faire vivre des expériences en plein air à nos élèves. Les fonds de location de raquettes retournent à l’école et sont redistribués pour diverses activités.

Lire la suite...

Historique

En 1962, la Commission scolaire acheta un terrain dans le nouveau quartier de la ferme Dallaire où une quarantaine de maisons étaient déjà en construction. Délimité par le quadrilatère des rues Louis-Francoeur, Olivar-Asselin, des Jésuites et Jean-Bourdon, la Commission scolaire voulait y construire une école élémentaire de huit classes. Le Département de l’Instruction publique accepta les plans de la série « R-53 » ( les mêmes que ceux de l’école Notre- Dame-du-Saguenay ) avec un agrandissement de quinze pieds, afin de permettre l’ajout de quelques locaux supplémentaires destinés aux loisirs, à une bibliothèque ainsi qu’à une salle pour le personnel.

Deux ans à peine après sa construction en 1962, l’école André- Gagnon ( ce nom fait référence au premier instituteur connu de la région qui enseigna en 1844 à l’école de Rivière-du-Moulin ) faisait déjà l’objet d’une étude sérieuse en vue d’y ajouter un agrandissement de quatre classes. Les commissaires avaient en main un recensement de l’année en cours qui démontrait déjà qu’il y aurait une affluence supplémentaire de 58 enfants d’âge scolaire de la 1re à la 7e année, pour l’année suivante. Cette affluence à venir s’expliquait par plusieurs résidences en construction dans le quartier et le fait qu’il y restait aussi 243 terrains vacants dont la plupart étaient déjà vendus à des particuliers. * Quelques mois plus tard, ce quartier fut rebaptisé « Plateau des Saguenéens ».